mercredi 11 septembre 2013

C'est la rentrée mais c'est aussi la reprise de l'anglais !

Dire que je n'ai posté aucun message depuis mai. Mais je dois avouer qu'il m'est difficile de maintenir une constance dans l'utilisation de l'anglais à la maison.
La personne qui enseignait l'anglais à Pirouette a dû s'absenter quelques semaines, j'ai du trouver une autre solution : une famille franco-américaine à 25mn de chez moi, qui a accueilli mon fils ainé 2h par semaine de mai à juin. Une excellente immersion car Pirouette était totalement baigné dans l'anglais, jouait en anglais avec des enfants de son age. Mais les vacances sont arrivées...

Plus possible d'aller à l'anglais le samedi, remplacer par des week-end en famille, puis Pirouette et Cacahuète sont partis en vacances chez les papis et mamis. Donc pas d'anglais du tout pendant 2 mois.

Mais hop hop, on s'y remet !!! Je viens de faire un petit bilan avec Pirouette et je m'aperçois qu'il a oublié un certains nombres de mots qu'il connaissait parfaitement (couleurs, animaux...). Tout cela devrait vite revenir. Il comprend en revanche toujours les questions simples (Do you want your milk ? What colour is it ? Can you switch the tv off ?).

Mais malheureusement, je n'ai pas réussi à retrouver une personne pour parler 1 à 2h par semaine avec Pirouette sans que cela m'emmène à plus d'une demi-heure de chez moi et me coûte un bras. Je vais donc devoir poursuivre seule. C'est tellement difficile de se retrouver seule dans cette volonté d'enseigner l'anglais à son enfant ? Est-ce si hors du commun ?

Nouvel objectif, on file au lit plus tôt tous les soirs et on se fait une séance d'anglais de 30 minutes tout en faisant l'histoire du soir (en fait je fais d'une pierre 2 coups !). Pirouette veut tellement une histoire, qu'elle soit en anglais ou en français, ça lui convient, tant que je passe un maximum de temps avec lui.


dimanche 19 mai 2013

Que pense l'entourage d'un apprentissage d'une seconde langue dans une famille monolingue ?

Dur dur de faire comprendre l'intérêt d'une telle initiative ! Pour ma part, quand nous disons à notre entourage que nous souhaitons initier nos enfants à l'anglais, on obtient toujours à peu près les mêmes réponses.

Dans l'entourage, il y aura ceux qui diront :
-" Ah c'est génial, vous allez en faire des petits bilingues" => Bon ceux là, ils n'ont pas compris qu'on ne devient pas bilingue en ne parlant que 2-3h par semaine (surtout en ne commençant qu'à 3 ans).
- "A quoi ça sert ? Et vous n'êtes pas anglais vous ?" => Grande ouverture d'esprit ! Généralement, il s'agit de personne qui n'ont jamais ou très rarement eu l'occasion de mettre un pied en dehors de notre beau pays... Et puis l'anglais, ça sert pour le travaille, pour voyager aux US, en Angleterre, en Australie, mais aussi en Inde, en Malaisie et tout autre pays dans lequel vous ne parlez pas la langue locale mais où l'anglais est compris par la population.
- "Il aura bien le temps d'apprendre l'anglais à l'école" => Alors c'est clair, ces personnes là, je pense qu'elles étaient nulles, voir très nulles en anglais. Il faut être honnête, l'anglais enseigné à l'école est généralement d'un niveau très limité. Il m'est arrivé d'avoir des élèves bilingues dans ma classe, je voyais parfois leurs yeux sortir de leurs orbites à l'écoute de certaines phrases formulées par nos professeurs d'anglais... A méditer...
- "Déjà qu'il apprenne à parler et écrire français correctement" => Réplique très souvent formulée sur les forums. D'ailleurs celle qui m'énerve le plus je pense ! Et j'avoue, je ne comprends pas cette réplique. Si mon enfant apprends l'anglais avant de parler et écrire le français correctement, il est condamné à ne pouvoir parler correctement sa langue maternelle, et est destiné à se payé des 0 en dictées !

Tout ça pour vous faire comprendre que si vous décidez vous aussi d'apprendre une seconde langue qui n'est pas la vôtre à votre enfant, vous allez sans arrêt devoir justifier vos choix et rares sont les personnes qui vous comprendront.




Colloque sur le bilinguisme de l'enfant - 21 juin 2013 à Paris

Aux parisiens et parisiennes, ainsi que toute personne pouvant se libérer le vendredi 21 juin et se rendre sur Paris (malheureusement ce ne sera pas mon cas), sachez qu'un colloque "Bilinguisme chez le jeune enfant, du développement précoce aux enjeux cliniques et sociaux" se tiendra à l'Université Paris Descartes. Et c'est gratuit.
Alors si vous aussi vous vous posez tout un tas de questions sur le bilinguisme de votre enfant, reste plus qu'à noter la date dans votre agenda.


Le programme du colloque ici.




samedi 18 mai 2013

Diplôme universitaire "Bilinguisme chez l'enfant"

Je viens d'apprendre par le biais du site café bilingue que l'université René Descartes à Paris lance, à partir de septembre prochain, le premier diplôme universitaire « Bilinguisme chez l’enfant : développement, éducation et intégration. Perspectives théoriques, pratiques et cliniques ».

Diplôme universitaire destiné aux professionnels (niveau minimum Bac +2 ou équivalent), ayant une expérience avec les enfants du milieu bilingue.


Voici le programme :

Module 1 : Contextes et enjeux du bilinguisme
• Présentation de DU
• Approche historique du bilinguisme
• Approche interculturelle du bilinguisme
• Politique linguistique en France et en Europe
• Le bilinguisme : Représentations sociales et contexte


Module 2 : Dimension psycho et neurolinguistique de l’acquisition du langage
• Acquisition du langage chez l’enfant bilingue de 0 à 6 ans
• Perception et production de la parole chez le nourrisson et le jeune enfant
• Âge d’acquisition de la seconde langue et fonctions cérébrales
• Représentations cérébrales des langues chez l’enfant
• Cerveau des bilingues--perte de la langue maternelle


Module 3 : Dimensions psychosociales et éducatives
• Aspects socio-psychologiques du bilinguisme précoce
• Développement du langage oral et du langage écrit en contexte plurilingue
• Littéracie en milieu plurilingue
• Prosodie et enseignement des langues
• Scolarisation des enfants issus de l’immigration


Module 4 : Troubles du langage et de l’apprentissage
• Transculturalité à l’épreuve de la diversité
• Facteur linguistique dans la thérapie des enfants du milieu multilingue
• Évaluation de la langue maternelle pour les enfants allophones et les primo-arrivants
• Évaluation des compétences orales et écrites chez l’enfant bilingue


Module 5 : Ateliers, tables rondes et échanges de pratiques• Accompagnement des familles multilingues
• Approche interculturelle dans la relation d’aide
• Bilinguisme et construction identitaire
• Atelier : méthodologie de la rédaction du mémoire
• Atelier : présentation d’outils pour apprentissage de L2 orale


Plus d'infos sur le site du café bilingue.

mercredi 24 avril 2013

Vidéo : "A l'école, je parle 2 langues"

Voici un reportage passionnant, il n'est pas récent (1997) mais toujours d'actualité. On parle ici, pour moi, de l'école idéal : "A l'école, je parle 2 langues".

On y découvre plusieurs type d'enseignement bilingue :
- 1 enseignant par langue (ex. 1 enseignant le matin en allemand et 1 enseignant l'après-midi en français)
- 1 enseignant pour les 2 langues (ex. l'enseignant italien parle italien et enseigne le français en parallèle, avec un accent)

Bon visionnage : http://www.canal-u.tv/video/universite_paul_verlaine_metz_sam/a_l_ecole_je_parle_deux_langues_une_education_europeenne.5439

jeudi 7 mars 2013

Etre bilingue, c'est sexy !!

Votre ado n'aime pas les langues, il vous dit/ronchonne (comme la majorité des ados) que ça ne sert à rien !
Montrer lui la vidéo suivante, et là, votre ado va enfin comprendre pourquoi il FAUT parler anglais.

Dites lui tout simplement que parler une langue étrangère (avec un accent), c'est So sexy !! Avec ça en Angleterre ou aux USA, il fera tomber toutes les filles.

Voici l'exemple de Bradley Cooper, qui parle très très bien français. Il faut avouer qu'il a tout de même été élu l'homme le plus sexy de l'année 2011, et quand je le vois parler français, ce titre prend tout son sens...


Il faut bien encourager nos enfants comme on peut...

lundi 4 mars 2013

Bilan après 6 mois d'apprentissage de l'anglais

Je tenais à faire un bilan de ces 6 derniers mois, durée durant laquelle nous avons introduit l'anglais dans la vie de notre fils de 3 ans.

L'introduction de la langue anglaise s'est faite en douceur :

1- Septembre : utilisation de flashcards. Nous avons commencé avec 1 carte (Fish) puis une autre (cake), et encore une autre... Quelques jours après, il connaissait déjà une dizaine de mots en anglais.
Nous avons également participé à un atelier d'anglais durant lequel il a appris à compter jusqu'à cinq. Quel plaisir de l'entendre réciter tout fièrement "One, two, three, four, five".

2- Octobre : nous avons continué l'utilisation des flascards et avons emprunté un livre à la bibliothèque (The very Hungry Caterpillar). Pirouette a vraiment accroché sur ce livre et a appris un grand nombre de mots grâce à cette histoire. Le goût des livres en anglais est vraiment né à ce moment là ! A ce moment, l'histoire du soir se déroulait essentiellement en anglais (ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, cette tâche étant désormais celle du papa !! Dommage)
Nous avons commencé l'anglais le samedi matin, à raison de 2h d'anglais chaque semaine, avec une native. Le cours ne se fait pas intégralement en anglais. Elle lui apprend des mots courants en anglais, lui donne des consignes en anglais, chante en anglais, mets la table en anglais avec lui mais n'hésite pas à switcher en français pour qu'il comprenne. (Autant en octobre, je comprenais l'utilité de switcher entre les 2 langues, autant au jour d'aujourd'hui, pas certaine qu'il en ait besoin).

3- A côté de ça, Pirouette ne regarde que la télé en anglais, nous parlons également exclusivement en anglais la journée du mercredi. Ne travaillant pas le mercredi, nous le passons, Pirouette, moi & Cacahuete, tous ensemble. Nous parlons, jouons, cuisinons, ou encore nous disputons en anglais. Autant vous dire que la journée du mercredi est très enrichissante pour Pirouette et permet aussi à Cacahuète d'entendre une autre langue.

BILAN :
Pirouette comprend la majorité des consignes. Je vais vous citer des exemples de phrases qu'il comprend très bien et peut ainsi effectuer l'action demandée ou répondre (en français).
- "Put your glass on the table"
- "Do you want to eat"
- "Do you want to play"
- "Can you give the yellow car to your brother"
- "Can you bring the dummy to your brother"
- "Are you tired"
- "Can you switch off/switch off the light/the tv"
- "Go in your bedroom"
- "It's time to sleep"
- "What song to you want to sleep"
- " Do you want glass or water"
- "Please wash your hand / brush your teeth"
- "Look into your bag"
- "Is it big or small" / Is it cold or hot
- "Where are you going today" - he says "School"
- On sunday, I ask "Are you going to school today" : he says "No !!!!!!"
- Take off your shoes, your trousers and put on your coat"
- "What's your name"

Il commence désormais à associer plusieurs mot et répéter une phrase simple. Par exemple :
- "I love you" - "Me too"
- "Where is the plane"
- "a big car", "a red car", "a big lorry"
- "very fast"
- "big boy"

Nous sommes en tout cas très fiers de lui. Il prend du plaisir à parler en anglais avec nous et nous ne l'obligeons pas à nous répondre en anglais. Si je lui pose une question en anglais, il peut me répondre en français ou en anglais. Je ne l'ai jusqu'à présent jamais senti frustré. S'il ne comprend pas ce que je dis, je lui répète une autre fois en anglais et lui redit en français, ou bien lui explique différemment en anglais et utilise le mime ou encore je lui explique par des gestes.

Si comme moi, vous tentez l'expérience de l'apprentissage d'une langue étrangère à votre enfant dans un environnement monolingue, je suis preneuse de votre expérience.