mercredi 11 septembre 2013

C'est la rentrée mais c'est aussi la reprise de l'anglais !

Dire que je n'ai posté aucun message depuis mai. Mais je dois avouer qu'il m'est difficile de maintenir une constance dans l'utilisation de l'anglais à la maison.
La personne qui enseignait l'anglais à Pirouette a dû s'absenter quelques semaines, j'ai du trouver une autre solution : une famille franco-américaine à 25mn de chez moi, qui a accueilli mon fils ainé 2h par semaine de mai à juin. Une excellente immersion car Pirouette était totalement baigné dans l'anglais, jouait en anglais avec des enfants de son age. Mais les vacances sont arrivées...

Plus possible d'aller à l'anglais le samedi, remplacer par des week-end en famille, puis Pirouette et Cacahuète sont partis en vacances chez les papis et mamis. Donc pas d'anglais du tout pendant 2 mois.

Mais hop hop, on s'y remet !!! Je viens de faire un petit bilan avec Pirouette et je m'aperçois qu'il a oublié un certains nombres de mots qu'il connaissait parfaitement (couleurs, animaux...). Tout cela devrait vite revenir. Il comprend en revanche toujours les questions simples (Do you want your milk ? What colour is it ? Can you switch the tv off ?).

Mais malheureusement, je n'ai pas réussi à retrouver une personne pour parler 1 à 2h par semaine avec Pirouette sans que cela m'emmène à plus d'une demi-heure de chez moi et me coûte un bras. Je vais donc devoir poursuivre seule. C'est tellement difficile de se retrouver seule dans cette volonté d'enseigner l'anglais à son enfant ? Est-ce si hors du commun ?

Nouvel objectif, on file au lit plus tôt tous les soirs et on se fait une séance d'anglais de 30 minutes tout en faisant l'histoire du soir (en fait je fais d'une pierre 2 coups !). Pirouette veut tellement une histoire, qu'elle soit en anglais ou en français, ça lui convient, tant que je passe un maximum de temps avec lui.


3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je me souviens avoir parcouru avec grande attention votre blog pendant que j'étais enceinte de mon fils. J'avais cette même envie de plonger mon enfant dans une seconde langue pour qu'il apprenne le plus naturellement du monde. Il a aujourd'hui 20 mois et comprend tout ce que je lui dis en anglais. Je partage vos doutes. Le plus difficile dans cette drôle d'aventure, c'est de tenir sur la durée. Aussi j'espère que vous avez pu poursuivre votre projet et que pirouette et cacahuète ne se sont pas cassés le bout du nez (toute ressemblance avec une comptine est purement fortuite). Je tenais à vous encourager et à vous remercier. Votre blog a été une source d'idées et de réflexions. Good luck! M-claire bourcier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      J'ai moi aussi parcouru ce blog il y quelques années maintenant! Cette aventure n'est pas simple, je la vis avec mes deux garçons de maintenant 7 et 5 ans. Les résultats vont doucement mais quel plaisir de les voir progresser et être familiarisés avec l'anglais.
      Si cela peut intéresser quelqu'un voici l'adresse d'un blog que je viens de créer récemment (pour partager mon expérience et me donner du courage!) : monenfantbilingue.com
      En espérant avoir des nouvelles récente!

      Supprimer
  2. Bonjour, moi aussi j'ai fait ce choix mais dès la naissance. Je parle assez bien l'anglais, mon mari pas vraiment, pourtant il suit. Ma petite a maintenant 3 ans, elle est allée dans une école anglaise le matin de ses 2 à 3 ans, et regarde exclusivement l'iPad en anglais. Aujourd'hui elle ne parle et ne comprends que l'anglais. Fossé avec les enfants au square, les voisins et les grands-parents. Pas grave. L'année prochaine maternelle Montessori avec une maîtresse anglaise et une française. Moi aussi je m'accroche car à 3 ans elle a quasiment épuisé mon vocabulaire et je ne lache jamais mon Harraps. J'ai un objectif, qu'elle arrive à faire le collège /lycée international comme j'ai pu le faire. Sauf que de mon temps l'ascenseur social fonctionnait, j'ai pu y entrer sans connaître de langue supplémentaire. Accrochez-vous, je pense que c'est important lorsqu'on voit l'avenir incertain de notre pays.

    RépondreSupprimer